Les délires d'Akakia

jeudi, août 17, 2017

« FAHRENHEITH 451 », ÇA VOUS DIT QUELQUE CHOSE ?!

La statue du soldat confédéré arraché de son socle, par les réformateurs de l'histoire, le 14 août 2017. Un triste jour pour la liberté...

Nuit du 15 au 16 août 2017. Retenez bien cette date ! Une journée seulement après le saccage de la statue du soldat confédéré de  Durham, voilà que la ville de Baltimore prend sur elle  de déboulonner de nuit deux autres statues érigées à la gloire des soldats de l'armée sudiste :  l'une, représentant le général Robert E. Lee, le chef des troupes confédérées, un génie militaire ; l'autre, le général Thomas " Stonewall " Jackson, le héros de la première bataille de Bull Run. Et comme ces choses qui marquent l'histoire à jamais n'arrivent jamais seules, à Montréal, la ville du Gros Coderre, la Compagnie de la Baie d'Hudson a pour sa part bêtement décidé de faire elle aussi son bout de chemin dans ce concours de rectitude historique en enlevant, du mur de l'un de ses édifices commerciaux, la plaque historique consacrée à Jefferson Davis, le président des États Confédérés.

Ici, c'est toute la logique de l'histoire des États-Unis, c'est tout ce qui a fait naître ce pays, les idées comme les principes, qui volent en mille éclats ! Ce n'est pas rien ce qui est en train de se produire. Détruire des monuments fondateurs, c'est comme brûler des livres dans un autodafé national comme l'ont fait les Inquisiteurs du XVIe siècle, les nazis de la nuit de Cristal, les jacobins de la Terreur révolutionnaire et l'État Islamique avec la cité antique de Palmyre, qui se perpétue. C'est à la fois d'une extrême gravité pour cette « liberté » ainsi souillé que les destructeurs de ces monuments significatifs évoquent pour se justifier aux yeux de l'histoire, et c'est très annonciateur de ce qui s'en vient.

Quand des chefs d'État, quand des chefs trônant à la tête des plus grandes multinationales de la planète, quand des manipulateurs de l'information placés à la tête de Google, Facebook, Times et autres maîtres de la modernité croupissante justifient ces gestes au nom de la liberté, commencez à vous inquiéter non seulement pour le présent mais aussi pour le proche avenir. J'en reviens pas de voir, partout, que des profs d'histoire, des leaders d'opinions, des gauchistes à la petite semaine et des penseurs patentés puissent justifier cet effondrement. Vous vous rappelez du film " Fahrenheit 451 ". Eh bien, c'est là que nous sommes précisément rendus !...

Akakia

mercredi, août 16, 2017

L'Occident et la réécriture de l'histoire, un crime de mémoire qui mérite d'être vertement dénoncé !


Le Patriote de 1838.
Lundi soir dernier, 14 août, des militants et manifestants de la gauche mondialiste qui participaient à un rassemblement destiné à convaincre les autorités d'enlever une statue confédérée amarrée devant l'ancien palais de justice de Durham, Caroline du Nord, ont décidé de le faire eux-mêmes sans plus de formalité. La statue renversée dépeignait un soldat confédéré en mouvement, fusil en l'air. Elle a été brutalement jetée en bas de son socle, brisée en mille morceaux, traînée et souillée par les clameurs des manifestants

L'hiver dernier, on se rappellera que plusieurs États du Sud historique, qui ont combattu le Nord dans l'épisode la guerre de Sécession (1861-1865), avaient démâté le drapeau confédéré flottant dans les espaces publics sous prétexte qu'il fallait tirer le trait sur cette histoire devenue subitement honteuse. Et, depuis quelques semaines, ces mêmes autorités, toujours pressées par la gauche mondialiste, ont entrepris de démonter toutes les statues du Général Lee, sous prétexte d'avoir servi la cause de l'esclavage.

Au cas où on l'aurait déjà oublié, ce sont ces gestes contestables pour une bonne partie des Américains qui sont à l'origine de la montée de cette violence exacerbée. Une violence de plus en plus inquiétante que la presse internationale bien-pensante (AFP, Reuter, Presse Canadienne, Le Devoir, etc.) et les observateurs mondialistes attribuent à l'extrême droite. Trouvez pas ça étrange, vous autres, qu'un pays qui s'est construit et singularisé par son histoire, par les luttes qu'il a menées pour assurer l'émancipation des noirs et l'unité du pays, en soit rendu à détruire systématiquement toutes traces dérangeantes de son passé pour des motifs plus ou moins vertueux ? Si, vous, ça ne vous dérange pas, moi j'y trouve de quoi hanter mes nuits !

Dans le langage de l'histoire, on appelle ça effacer les traces du passé, trafiquer les faits et réécrire l'histoire pour satisfaire à des préoccupations strictement politiques et idéologiques, exterminer la mémoire ! C'est ce que George Orwell a justement tenté d'illustrer dans son fameux « 1984 » ; c'est ce que Mao a tenté de faire en 1949 avec sa fameuse Révolution culturelle ; c'est ce que le Canada est en train de faire avec sa série d'historiettes bidon dans laquelle il a effacé toutes traces de la lutte historique des Canadiens français du Québec pour leur indépendance. Et c'est ce que les gouvernements successifs du Québec ont réussi à faire en faisant disparaître de la mémoire collective et des discussions politiques, l'appellation identitaire, riche de son sens historique, des Canadiens français, les premiers porteurs du flambeau nationaliste du Québec.

Je vous pose la question. Qu'en penserait-on, au Canada si, pour des raisons de rectitude politique, on faisait subir le même sort à John A. MacDonald sous prétexte qu'il a fait pendre Louis Riel ? Qu'en penserait-on, au Québec, si on faisait de même avec la statue de Dollar des Ormeaux parce qu'il a tenu tête aux Iroquois en 1660 ? Qu'en penserait le PQ, si on déboulonnait la statue des Patriotes de 1838, sous prétexte qu'ils ont eu le courage de tenir tête à l'armée britannique ? Qu'en penseraient tous les Québécois, si le gouvernement fédéral exigeait la disparition du drapeau du Québec de l'espace public ?

La série de mensonges officiels qui, aujourd'hui, nous lient les uns aux autre, est étonnante ! Il n'y a pas de mots pour dire à quel point je me désole de l'insignifiance de cette époque qui manipule le passé et falsifie des faits plus ou moins anodins pour justifier le discours de la pensée dominante, s'ajuster à l'idéologie du moment. Au cours de la Terreur révolutionnaire en France (1789-1793), une extraordinaire entreprise de désinformation et de travestissement des faits fut mise en oeuvre par d'anciens terroristes, des hommes d'affaires et des royalistes. « la Révolution était un trafic », écrit Olivier Blanc dans « La dernière lettre », « le peuple un instrument, la patrie une proie, et ceux qui, affamés d’or et de domination, prêchaient l’égalité avec insolence, tonnaient contre l’agiotage et partageaient avec les agioteurs la fortune publique... ». 
C'est donc là où nous en sommes rendus, 230 ans plus tard. Encore une fois, la leçon n'aura donc pas servie...

Akakia

jeudi, août 03, 2017

Présentement sous presse : « La vérité derrière le faux débat sur les armes à feu au Canada et au Québec »

Couverture C1 et C4 du livre

Mon livre contestant les dernières lois abusives sur le contrôle des armes à feu au Canada est maintenant sous presse et sera disponible à la fin de septembre. Son titre : « La vérité derrière le faux débat sur les armes à feu au Canada et au Québec ».

Le livre compte 130 pages pages divisées en deux parties agrémentées de plusieurs illustrations, de quelques graphiques et tableaux, de notes et de références multiples en bas de pages, et de textes encadrés. Vous voulez vous prémunir contre les abus des gouvernements provincial et fédéral qui n'ont pas l'intention de s'arrêter là ? Vous voulez conservez le droit d'avoir des armes à feu ? Alors commencez par mieux connaître le sujet, savoir l'importance des armes à feu dans notre histoire et notre culture, être plus au fait des lois en vigueur, être en mesure de départager le pour et le contre. Devant la force et la puissance du lobby anti-armes à feu qui sévit non seulement au Québec et au Canada mais un peu partout à travers le monde libre, la connaissance du sujet est notre première arme. Et c'est sur cette base que commence la lutte. À vous de faire votre effort car moi je me suis rendue à la limite de ce que je pouvais faire pour préserver ce dernier rempart de la liberté.

Partout en Occident, le mot d'ordre est donné aux gouvernements et les preuves sont manifestes en Australie, Nouvelle-Zélande, Angleterre, en France, en Suisse, en Allemagne, au Canada et ailleurs : les gouvernements, qui ne fonctionnent désormais que pour servir le nouvel ordre mondial, se sont tous entendus pour désarmer leur population dans les années à venir. Assez c'est assez ! Et notre meilleure arme pour conserver ce droit, c'est la connaissance, une connaissance que je vous offre en même temps que les 45 années d'expérience que j'ai développées à la fois comme historienne des armes à feu au Canada  mondialement reconnue, armurière, présidente fondatrice du Club de Tir le Faucon, tireuse sportive, collectionneuse et chasseresse.

Vous connaissez  la formule. Pour être en mesure de passer à l'étape de l'édition, je procède par pré-vente. Le livre coûte 20$ (pour une expédition par la poste il faut ajouter 5$ pour le territoire canadien et 15$ pour les autres pays). Le livre est présentement sous presse ; il  sera lancé à la fin de septembre de la présente année 2017 et vous sera expédié le jour du lancement pour les achats postaux.

Faire votre chèque à :

Russel-Aurore Bouchard
Historienne et auteure
33 rue Saint-François,
Chicoutimi, Qc.
G7G 2Y5
418-543-0962
Pour INTERACT, mon no de courriel est : rbouchard9@videotron.ca