lundi, juin 09, 2008

Commission Bouchard & Taylor, un chercheur de l'UQAM s'inscrit en faux

Par Alain-G. Gagnon,
Directeur du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité au Québec de l'Université du Québec à Montréal. Récipiendaire du prix d'excellence de la Société québécoise de science politique
Texte tiré du journal « Le Devoir » du lundi 09 juin 2008


« Pour les intellectuels, la prise de parole constitue le principal moyen d'autodéfense. Je prends aujourd'hui la plume pour exprimer ma frustration devant l'usage incorrect que l'on a fait de mes travaux sur la question de l'interculturalisme dans le rapport de la commission Bouchard-Taylor, rendu public le 22 mai dernier.


Je n'ai pas d'emblée véritablement reconnu la parenté du texte qui m'est attribué, à la page 119 du document. La raison en est fort simple: les auteurs ont supprimé la partie essentielle de la citation reproduite.

Dans la section portant sur l'interculturalisme, les auteurs rappellent que la force du néonationalisme porté par la Révolution tranquille a été de conjuguer la lutte identitaire avec l'égalitarisme social et la défense des droits. Puis, les auteurs passent en accéléré à la construction du modèle québécois pour nous amener sur le terrain de l'interculturalisme, pièce centrale du casse-tête à compléter. Selon A.-G. Gagnon (Possibles, vol. 24, no 4, 2000, p. 23), écrivent-ils, «la principale vertu du modèle québécois tiendrait justement dans la recherche d'un équilibre entre les exigences de l'unité [...] et la reconnaissance des différentes cultures».

L'usage fait de mon propos me situe d'emblée dans le groupe des cosmopolites. Or, que trouve-t-on entre les crochets de la citation et qui était sans intérêt véritable du point de vue des commissaires? Je répondrais: l'essentiel. La version non altérée de mon texte se lit comme suit: «La principale vertu du modèle québécois est justement d'établir un équilibre entre les exigences de l'unité, à travers la reconnaissance d'un pôle identitaire principal, et la reconnaissance des différentes cultures.»

Le rapport de la commission Bouchard-Taylor met l'accent sur deux approches à la citoyenneté: un pôle identitaire principal à affaiblir et une approche identitaire cosmopolite à encourager. Les membres du comité conseil qui ont alimenté la commission tout au long de ses travaux avaient d'ailleurs été sélectionnés en bonne partie selon cette lecture dualiste. Force est de constater que les tenants de l'interculturalisme étaient nettement minoritaires alors que les défenseurs du multiculturalisme à la canadienne occupaient le haut du pavé.

Au moment du dépôt du rapport, Jacques Beauchemin a été le seul membre du comité conseil à se dissocier publiquement de la commission en exprimant son désaccord face au diagnostic posé par les coprésidents quant au malaise identitaire des Québécois. Rapidement, plusieurs ont jeté l'opprobre sur lui, laissant entendre qu'il faisait preuve de fermeture face à l'«autre».

Pourtant, c'est ce même Jacques Beauchemin qui, dans ses travaux, définit la communauté francophone québécoise comme le «pôle principal de rassemblement de la diversité au Québec». N'est-ce pas là le fondement même de l'interculturalisme que les coprésidents disent vouloir promouvoir dans leur rapport?

La stratégie est connue: utiliser les propos d'un collègue pour appuyer sa propre thèse tout en vidant l'argumentaire original de son contenu. Ça se rapproche de la manipulation de texte et ça sème le doute sur le sérieux de l'entreprise. »

5 Comments:

Anonymous Anonyme
dit :

Le 9 juin 2008.

Un commentaire de Jean-Pierre Plourde:

Merveilleux;

Je vous invite à relire mon texte juge et parti et les plus récents de mes textes traitant de la commission Bouchard Taylor.

Votre article vient confirmer de haute main le trafic de l'information.

Dans mes écrits aux commissaires je spécifie que leur rapport final sans être déjà sur papier était déjà écrit. M. Charest ayant spécifiquement choisit ses membre en fonction de la réponse qu'il voulait obtenir de cette commission.

Votre découverte confirme encore une fois que j'ai raison et qu'il y a manipulation de l'information et tricherie de la part de nos gouvernements et connivence entre les Charest et Harper dans un objectif commun d'éliminer le rapport de force des francophone dans ce pays.

C'est devenu de la propagande planifiée et définie en vertu du but à atteidre, et non dans la recherche de la justice et de l'équité.

Je suis persuadé que cela va très mal se terminer...


Jean-Pierre

12:19 p.m.  
Blogger Sylvain, La Vie d'art triste
dit :

Le numéro 4 de Possibles de l'an 2000 s'intitule justement "Interculturalisme québecois". Il est possible de le commander chez l'éditeur:
Interculturalisme québécois, Possibles, vol. 24 no 4, 2000 - Possibles, Archives (numéros disponibles sur commande
mais il est aussi sûrement possible de le trouver dans une bibliothèque universitaire, via le prêt interbibliothèque depuis votre bibliothèque municipale aussi.
La revue possible est un périodique culturel québecois de haut niveau intelectuel, qui date de la fin des années '70. Il a la forme d'un livre, et est diffusé dans les livrairies spécialisées en culture (poésie, essai, marginalité, etc.), surtout. Les éditeurs font un numéro sur un thème sociologique particulier avec l'apport de plusieurs intellectuels, quatre fois par année habituellement.

Ce n'est pas facile de comprendre les subtilités théoriques des intellectuels spécialisés en sociologie. La distinction entre multicultralisme et interculturalisme en est un exemple. Mais quand un peut en avoir un exemple pratique, comme une application politique d'actualité ou contemporaine, c'est plus abordable.

Le multiculturalisme est une idéologie canadienne libérale, qui date surtout du Premier ministre Pierre-Elliot Trudeau vers la fin des années '60, je pense. L'idée est de valoriser les différentes cultures provenant de l'immigration, sous prétexte d'intégration dans un pays libre, diversifié culturellement; dans cette approche, la culture d'origine française y a pris pour son rhume, ici, au Québec (et ailleurs où les Canadiens-français n'avaient pas plus d'importance que les autres). Sous des approches d'ouverture aux autres, monsieur Trudeau s'est attiré les foudres des Québecois, qui voyaient leur culture oppressée par les immigrants en plus des anglophones anglo-saxons. Cette politique s'est répercutée jusqu'à aujourd'hui, où on a vu des jugements mous à l'égard des immigrants qui voulaient avoir des privilèges.

L'interculturalisme, je ne sais pas exactement ce que c'est, alors je laisse aux autres le soin d'en parler.

12:41 p.m.  
Anonymous Anonyme
dit :

Le 9 juin 2008.

Un message de Jean-Pierre Plourde,

Att. Russel-A.

Je considère cette découverte comme étant aussi importante que la confirmation de Yves Fortier, président d'Alcan comme notre représentant dans l'approche commune!

Note:
Pour ceux qui lisent ce texte la première fois, et qui veullent savoir de quoi on parle, recherchez mon texte, conflits d'intérêts, sur saglacweb.blogspot.com,
Vous trouverez aussi sur ce site le texte, RioTinto danger, danger, danger...

Je reviens à votre texte.

Ces informations sont une preuve de plus confirmant les techniques et stratégies guerrières, appliquées par ce pays en temps de paie pour éléminer un partenaire qu'il trouve gênant et pas le moindre, le premier partenaire culturel et social et le deuxième ou troisième plus important partenaire économique du pays.

Si vous appliquez la dernière phrase sur mon graphique expliquant le fonctionnement d'une société ou organisation, voir le graphique 2 de mon texte vivre libre ou disparaître sur omq.blogspot.com.

Vous avez au Québec, une élite économique élue sous de fausses représentations et contrôlée
par l'élite économique coloniale, exactement comme dans mon graphique no. 2.
Souvenez-vous que M. Charest fut élu sous la fausse promesse de baisser de 1 milliards de dollars d'impôts par année pandant cinq ans. Ce Monsieur savait très bien l'impossibilité de ses promesses; voir le vidéo sur saglacweb.com.

C'est en cumulant de telles preuves qu'on change des mentalités et qu'on renverse des situations et que l'on convaint la majorité des citoyens qu'ils font fausse route.

Russel-A vous venez encore d'ajouter une brique dans l'édifice de notre libération, à ce titre votre site Akakia.blogspot.com doit demeurer actif, c'est maintenant une référence incontournable, attendez-vous à ce que ce texte reviennent en référence dans de futur articles de mes écrits.

Nos différents sites seront bientôt incontournables pour connaitre la situation réelle vécue par le Québec au sein de l'impérialisme Canadien.

A bientôt,



Jean-Pierre Plourde.
saglac@gmail.com
saglacweb.com
saglacweb.blogspot.com

2:02 p.m.  
Anonymous Gébé
dit :

Et on nous présente ces deux zozos comme de grands intellectuels.

Des malhonnêtes.

La pire bassesse à la tête de nos universités !

2:59 p.m.  
Anonymous Anonyme
dit :

Que devient Fabrikant qui prétendait s'être fait voler ses travaux?...

À la lumière de ce que nous venons de lire, nous pouvons imaginer les pires complots...

Marie Mance Vallée

3:35 p.m.  

Publier un commentaire

<< Home