dimanche, janvier 17, 2016

Registre des armes à feu au Québec : la démocratie bafouée par la présence policière dans le débat

C'était le 3e décembre 2015, quand le ministre de la Sécurité publique, M. Pierre Moreau, a présenté le projet de loi 64, flanqué des principaux porte-paroles du mouvement anti-armes à feu, notamment figurés par les victimes et témoins de la tragédie de l'École Polytechnique. Où sont représentées les régions réfractaires au registre ? les chasseurs ? les collectionneurs ? les propriétaires légitimes d'armes à feu ? Nulle part ! Sur la photo, ne manquent plus que Pierre Veilleux, président de l'Association des policiers provinciaux du Québec, le directeur de la SQ et le chef de la Police de Montréal, qui sont les conseillers du ministre dans ce projet de loi !...

Sous la plume de Martin Croteau en date du 15 janvier 2016, la presse écrite et parlée du tout Québec nous informe que le policier Pierre Veilleux, président de l'Association des policiers provinciaux (APPQ), « s'inquiète » et « s'étonne » du fait que des députés des différents partis politique aient pris leurs distances avec le projet de loi 64 sur la création d'un nouveau registre québécois des armes à feu. Ce qui m'étonne, moi, c'est que M. Veilleux, qui devrait respecter son devoir de réserve quand il est question de politique, prenne ainsi la parole à tous les micros pour admonester les élus qui ne voient pas les choses comme lui et pour leur indiquer la voie à suivre.

Vous avez là le plus bel exemple d'un dérapage de la démocratie au Québec sous le gouvernement du Parti libéral de Philippe Couillard qui utilise la Sûreté du Québec pour faire avancer certains de ses dossiers politiques.

Jusqu'à preuve du contraire, la démocratie parlementaire, au Canada et au Québec, comme toutes les démocraties parlementaires à travers le monde du reste, est basée sur deux principes fondamentaux : primo, la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire ; secundo, le débat parlementaire. Dans le premier cas, il s'agit évidemment de faire en sorte que le système judiciaire et la police, qui est son bras armé, soient totalement absents de l'arène politique ; et, dans le second cas, que le politique ne puisse s'ingérer dans les affaires de justice et de police afin que le débat ne soit ni induit, ni manipulé, ni détourné de son sens.

Or, ce que nous dit le policier Veilleux, c'est que la fraternité des policiers du Québec s'ingère, contre nature, dans le politique, que le gouvernement de M. Couillard a construit son projet de loi sous la pression des chefs de police de la région de Montréal et de la Sûreté du Québec qui se fichent éperdument des dissidence régionales, et que tout ce beau monde est appuyé par les adeptes du mouvement anti-armes à feu, dont les victimes du drame de Polytechnique. Dans un cas comme dans l'autre, la démocratie est foulée au pied, la police écrit des projets de loi contraignants qui empoisonne le débat démocratique et instrumentalise le drame de la Polytechnique pour marquer des points, et le gouvernement parle de consensus alors qu'il n'a même pas consulté ceux et celles qui ne partagent pas ses vues.

Dans cette dérive politique propre au Québec, je vous dirai simplement que si le policier Veilleux veut prendre publiquement position et faire valoir son point de vue dans le projet de loi 64, qu'il démissionne de la police et qu'il brigue les suffrages dans un comté politique à titre de candidat. Et, dans un second temps, j'ajouterai que si M. Couillard veut réellement améliorer la sécurité en matière d'armes à feu au Québec, qu'il s'organise pour que les propriétaires d'armes à feu fassent partie de la solution au lieu de les présenter comme la source du problème alors qu'ils ont toujours eu un comportement irréprochable en matière de possession et d'utilisation des armes à feu...

Akakia

4 Comments:

Anonymous PH Boisvenu
dit :

Je suis tout à fait d'accord avec vos propres. Dans çe dossier, les représentants des policiers sont en conflits d'intérêt dans ce sens où leur prétention en matière de sécurité et de prévention relativement à un contrôle accru des armes de chasse n'a jamais été prouvé et plus encore, le contraire l'a ete.

9:21 a.m.  
Blogger Pol Desy
dit :

Vous êtes à plaindre, en Belgique, une certaine ministre "Onkelinx" à concocté une loi interdisant toute détention d'armes à feu aux citoyens belges sans motif légitime; seuls les terroristes et les bandits de toutes sortes ne sont pas touchés par cette loi abjecte et dépourvue d'intérêt à tout point de vue! Battez-vous pour que ca n'arrive pas chez vous.

11:05 a.m.  
Anonymous John
dit :

Et le ghetto Molenbeek en Belgique est une plaque tournante des djihadistes en Europe.

10:01 p.m.  
Blogger Josue Wilson
dit :

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

7:17 a.m.  

Publier un commentaire

<< Home