vendredi, janvier 23, 2015

Sauvegarde du patrimoine au Saguenay–Lac-Saint-Jean – Il faut un plan de conservation blindé !


Quelle ville au Québec et au Canada  aurait pu se vanter d'avoir encore la maison de son fondateur ? Si les décideurs et l'élite intellectuelle qui prétendent tout connaître avaient eu un peu de discernement doublé d'un peu de courage, Chicoutimi, aurait pu devenir cette perle rare. Malheureusement, en 1951, ces mêmes administrateurs et cette même élite acceptèrent, au nom d'un sacro saint développement, la démolition de cette maison construite dans les premières heures de la colonisation, en 1842. Dans une indifférence sociale crasse, elle fut ainsi donc remplacée par un vulgaire poste à essence qui n'existe plus aujourd'hui (tout un développement messieurs-dames les développeurs !!!) suivi d'un édifice à logements qui souille un site historique sacré et un paysage magnifique. Quel Gâchis !


Depuis le temps que je me désole de voir disparaître, année après année, tous ces points de repères de notre histoire et de notre culture, qui pourrait me reprocher de ne pas y aller avec le dos de la cuillère ? Le résultat est patent et peut se vérifier d’un bout à l’autre de la région. Aucune municipalité n’y échappe. De La Doré à Petit-Saguenay en passant par Roberval, Alma et Saguenay, notre héritage patrimonial est un terrain de ruines et une désolation sans nom ! À quelques exceptions près, les plus beaux morceaux porteurs de sens ont disparu. Et le petit peu qui a survécu de ce carnage vit sur du temps emprunté. Le malaise est donc total et la suite me semble, hélas, toute indiquée !
On dirait que nous avons perdu notre conscience et la fierté d’être ce que nous sommes par l’histoire, par notre culture, et par notre volonté de survivre. Nous ne respectons plus rien ! Patrimoine bâti quel qu’il soit, patrimoine immatériel et naturel, bibliothèques publiques qu’on vide des ses vieux livres pour faire place au virtuel sans avoir étudié le fond de la question, sans en avoir débattu au préalable. Noms de localités et noms de rues rayés du dictionnaire toponymique, églises et maisons ancestrales, rien n’est à l’abri. Tout ce qui contribue à définir notre caractère identitaire est comdamné à court terme. En raison de l’indifférence de tous, nous sombrons dans une mer d’insignifiance.
Malgré ce triste résultat, je reste d’avis que ce qui a survécu de cette hécatombe patrimoniale régionale mérite qu’on s’y attarde. Je me désole, mais je ne jette pas encore la serviette. La solution n’est pourtant pas bien compliquée. Elle relève de la conscience de tous et d’une volonté politique affirmée. Et elle se résume à un plan de gestion patrimoniale assorti d’un calendrier de conservation et de règles souveraines qui baliseraient nos choix et dicteraient la marche à suivre. Au Québec et au Canada, cela se fait déjà dans le cas des archives publiques, et je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas nous en inspirer. C’est la logique du bon sens, l’orchestration d’un sain développement à définir autour de trois ou quatre questions pourtant bien simples, pour peu qu’on accepte de se les poser avec le souci de l’engagement :
Que reste-t-il à conserver ? Qu’est-ce qui mérite d’être conservé ? Qu’est-ce qui doit être conservé coûte que coûte et qu’est-ce qui peut être sacrifié sur l’autel du développement ? Quels sont les critères sur lesquels il faut baser nos choix et quels sont les efforts que nous acceptons de faire pour les respecter ? Cela vaut pour le patrimoine sous toutes ses formes, pour tout ce qui relève des prérogatives et responsabilités des ministères concernés, pour tous les conseils municipaux et pour notre Église diocésaine qui, manifestement, est débordée par le contexte difficile qu’elle traverse.
Cette demande pourtant bien simple, je l’ai déposée régulièrement sur la place publique depuis le début des années 1990. J’ai essayé de soulever le débat à de multiples reprises, mais je n’ai pas réussi. Vingt-cinq ans déjà, et toujours rien ! Pas étonnant qu’on se demande encore si on doit conserver ou pas les malheureux restes de l’église Fatima, abandonnée comme tant d’autres témoins aux meurtrissures du temps. Dans un cas comme dans l’autre, l’improvisation mène le bal, le temps supplée au laxisme politique. Tant que les institutions responsables du patrimoine sous toutes ses formes ne s’arrêteront pas pour débattre de la question qui aboutira sur un plan de gestion blindé, c’est foutu ! Le massacre va se poursuivre et ce qui reste est condamné à disparaître. Encore une ou deux générations et ça y sera ! Les derniers murs qui portent encore les traces de notre passé se seront écroulés. Nous aurons alors mérité de ceux qui vont nous succéder, à la fois l’oubli et le mépris…

Akakia

2 Comments:

Blogger Anne Vaillancourt
dit :

Bonjour Russel A.,

Personne ne saurait vous reprocher cette indignation bien légitime, après tant d'années de lutte pour la sauvegarde de notre patrimoine bâti.
J'accuse l'indifférence crasse des élus et de la population en général. L'histoire de la démolition éhontée de la maison de Peter McLeod en 1951 fut le début d'une longue liste de disparition des trésors patrimoniaux de Chicoutimi.
A travers la photothèque de la SHS, j'ai
scruté avec attention les images de la maison du fondateur. Je fus consternée de constater l'état de délabrement de cette demeure phare avant sa démolition. C'était à l'époque du maire Rosaire Gauthier que ce sacrilège fut commis; idem pour les décisions des maires subséquents et aujourd'hui sous le règne de Jean Tremblay:, il n'en finit plus de détruire des bâtiments, voire même des rues entières pour l'amour du modernisme et du progrès. Un exemple d'horreur, pardon! d'erreur flagrante, à mon humble avis, est celle d'avoir enlevé l'élégante colonnade datant de 1995 seulement, en façade de la bibliothèque, pour y mettre cette espèce de structure noire, toute penchée, qui déguise ce lieu. Honte aussi aux descendants des propriétaires de maisons patrimoniales détruites, pour ne pas s'être battus pour elles. Un exemple: Lorsqu'il fut décidé que la maison Lévesque serait démolie, j'ai entendu à la radio un animateur qui affirmait que même si cette maison était celle de son grand-père, il n'avait ni objection ni regret à ce qu'elle soit détruite pour faire place à une immense bâtisse pour les aînés. Prospérité oblige! Ces mêmes aînés qui ont laissé démolir leur Histoire sans mot dire. Merci pour cet héritage effrité.

4:26 p.m.  
Blogger Russel-A. Bouchard
dit :

Oui, un gâchis qui témoigne de l'état lamentable de la conscience et de la mémoire de notre société.

Merci d'avoir pris le temps de régir à ma chronique dont le sujet est toujours d'actualité

Russel-Aurore Bouchard

4:32 p.m.  

Publier un commentaire

<< Home