dimanche, mai 31, 2009

Le Saguenay, la porte du Paradis perdu...


On a beau la voir et revoir une, deux et trois fois l'an. On a beau l'avoir vue sous toutes ses coutures et dans tous les temps, la rivière Saguenay, l'épouse immortelle du fjord, comme la plus belle des nymphes, ne lasse jamais de se faire admirer. Les femmes étaient belles comme des déesses et toutes ragaillardies par le grand air du large. Il y soufflait un vent d'enfer lorsque nous sommes partis, comme si la Malin voulait nous rappeler que le dernier hiver n'est jamais trop loin du prochain qui vient vite en ce pays. Un voilier d'outardes par-ci, trois canards de mer par-là et une mouette voleuse par-dessus bord, c'était sans compter sur le buffet généreux sans bon sens, le bon vin, la bière et l'orchestre formé de deux anges en smoking et jouant des airs de circonstance.

Une journée fabuleuse, où je comptais parmi le cercle d'invités triés par le Monnaie canadienne et la ville de Saguenay qui, bras-dessus bras-dessous, allaient lancer la nouvelle pièce de 25 cents ; une pièce en argent nouvellement frappée à l'effigie de la statue de la vierge (7,5 mètres) trônant sur le premier pallier du cap Trinité. On a beau être mécréant comme les Français que j'aime bien, on y sent presque l'air du Ciel et le son de la harpe qui nous en indique l'entrée du Paradis perdu, quand on y vogue en aussi douce et joyeuse compagnie.

Certes, « y fesait frette en maudit » comme on dit chez-nous ! Mais grand Dieu du Pôle Nord que cette nature est belle et généreuse. Tout ça pour vous donner l'eau du Saguenay à la bouche. Nous vous attendons, et vous assurons de notre amitié...

Akakia

Sur la Marjolaine, où il faisait bon rire.

En direction de Tadoussac, tout près de Tableau.


En arrivant à Sainte-Rose-du-Nord (L'Anse-du-Manitou)


Le cap Trinité, plongeant à 450 mètres dans les eaux du fjord. Voyez la statue, sur le deuxième pallier, elle mesure 7,5 mètres de hauteur, et a été érigée-là en 1881.


Un cap qu'on ne se lasse d'admirer, et une Vierge qui se mérite tout le respect des voyageurs, depuis qu'elle a été plantée sur le massif, en 1881.


La pose pour l'Histoire qui s'écrit, lors du lancement officiel, par la Monnaie canadienne, d'une pièce en argent de 25 cents, frappée à l'effigie de la Vierge du Cap Trinité.

2 Comments:

Blogger Sylvain, La Vie d'art triste
dit :

Merci pour le compte-rendu, Russel. Voilà une délicatesse que tout personne publique devrait prendre exemple, quand ils se voient offrir ainsi de telles opportunités.
C'est beau de voir le Saguenay, ce sont de très belles photos!

4:33 p.m.  
Blogger Cavour
dit :

Quelle belle compagnie ???

Je vous envie.

10:27 p.m.  

Publier un commentaire

<< Home