lundi, juin 05, 2006

Charlevoix réclame les os d'Alexis Le Trotteur, le centaure de La Malbaie

Dans un geste sans précédent, voilà quelques jours, les grands journaux du Québec nous ont appris que La Société d'histoire de Charlevoix a demandé la restitution des os du phénomène Alexis Le Trotteur, qui avaient été exhumés du cimetière de La Malbaie par l'éditeur Jean-Claude Larouche, en 1966. À l'époque, M. Larouche était étudiant à l'Université d'Ottawa. Il s'était pris d'affection pour la légende qui courait sur ce phénomène dont on disait qu'il était bête à manger du foin, qu'il courait comme un cheval, aimait faire des pitreries de cheval, prenait le mors aux dents, hénissait, piétinait, trottinait au pied des estrades et s'amusait à se mesurer à la course avec ses amis équidés sans se soucier du ridicule sans nom qu'il appelait.

Pour mieux apprécier ce qui suit, il n'est pas inutile de rappeler qu'Alexis Lapointe, dit Le Trotteur, est né dans le terroir de La Malbaie un été de grande sécheresse, le 4 juin 1860, huitième enfant du mariage de François Audet dit Lapointe et de dame Adelphine Tremblay « Picotté ». À la fois phénomène d'endurance humaine et de pitreries vaudevilesques, Marius Barbeau raconte qu'il « courait le mille sur la piste ou sur la glace en deux minutes et trente secondes » ; il mourut d'un accident... bébête, heurté par un train qu'il n'avait vu venir, à Alma, le 12 janvier 1924. Il n'en fallait pas tant pour aider à la légende urbaine à mêler le réel dans le mythe voire le surnaturel dans l'irréel.

Mais tous ne le voyaient pas de cette façon. Les esprits plus cartésiens voulaient comprendre et démêler le vrai du faux ; ce qui fut nommément le cas lorsque l'étudiant Larouche exhuma la dépouille —selon les règles de l'art et les autorisations institutionnelles jugées requises— sous la supervision de professeurs réputés en la matière, avec l'assentiment de la famille et une quasi indifférence de la communauté d'alors qui laissa partir les os de leur congénère, pas mécontente du tout de la publicité que cela lui donnait. Les conclusions de l'analyse scientifique aboutirent, en 1971, à la publication d'un livre à la couverture pas très belle (jaune moutarde), signé Jean-Claude Larouche, et titré « Alexis le Trotteur (1860-1924) », dans lequel il conclut que l'homme disposait, certes, d'une singulière musculature et que son squelette, hormis une cage thoracique fortement développée et les os du pied « sur-développé », n'avait rien de surhumain.

Analyse faite et résultat de l'étude scientifique publiée —et très bien menée il faut dire—, le squelette perdit tout son intérêt et l'auteur de la thèse entreprit de déposer l'objet de son crime au musée du Saguenay, en 1975, alors que j'entrais justement en fonction comme conservateur. Je m'en souviens comme si c'était hier ; les os blanchis et poreux étaient fixés avec une colle jaunâtre sur une planche de contre-plaqué pas très sainte qui formait le fond d'une sorte de sarcophage de très mauvais goût, vitré à son sommet et pas très ragoûtant à voir ; l'ensemble nous rappelant qu'il n'était pas bon d'être reconnu phénomène hors du commun, en cette époque dissolue où le spectaculaire fait loi et où, au nom de la science et du droit à la connaissance (sic), le plus humble d'entre nous peut ainsi se retrouver, comme Alexis Le Trotteur et le géant Beaupré, dans le placard poussiéreux d'un musée ou d'une université avec des os d'animaux et des objets d'un autre âge. Le Musée, heureux d'avoir sa momie bien à lui, utilisa le spectaculaire de la chose, fit des expositions sur le dos de l'infortuné édenté qui continuait de faire rire (jaune) les visiteurs, et la Pulperie de Chicoutimi en fit de même lorsqu'elle récupéra les collections du Musée du Saguenay fondu en une nouvelle entité corporative.

Et aujourd'hui, quarante ans plus tard, maintenant que les choses se sont tassées, voilà que la population de Charlevoix, dans un geste formel publié dans « Le Devoir » du 13 mai 2006, demande la restitution de l'ossuaire pour lui donner une sépulture chrétienne et lui permettre de reposer en paix. Le Musée s'objecte sous de bien drôles de prétextes, la ville hôtesse (Saguenay) se pose des questions, les Charlevoisiens, à juste titre, s'impatientent, et la population observe. « Les chiens aboient, la caravane avance », dit l'adage. Quoi penser de tout ça ?

En ce qui me concerne, il y a un principe pour lequel les Indiens, les Inuits et les Métis ont toujours su défendre ; celui du respect dû à leurs morts. Si les objets inanimés ont une âme comme prétendent certains, qu'en est-il des os des défunts qui, pour les chrétiens, ont accueilli le corps du Christ, le Dieu vivant et ressuscité en nous par la Sainte Eucharistie ? Au fil des ans, Révolution tranquille oblige, notre société a perdu beaucoup de son sacré, et c'est dans des gestes profane comme celui-ci, en 1966, que cela s'est introduit puis a progressé. Aujourd'hui, félicitons-nous qu'il en soit de plus en plus question, la mort qu'on avait presque oublié dans le délire et l'insouciance charnelle de cette fin de millénaire, redevient l'objet d'une spéciale attention, et les morts reprennent leurs lettres de noblesse qu'on leur avait enlevées. Cela est bien et ne peut nous laisser indifférents. Il faut redonner au sacré sa primauté et nous devons à ce type (Alexis) le même respect que l'on voudrait avoir pour nos pères et mères, pour nous et nos enfants. Pour lui avoir ravi sa paix éternelle le temps d'un spectacle, la population de Saguenay doit maintenant faire un geste humain en restituant les restes du défunt à sa patrie d'origine, Charlevoix, qui entend lui donner une sépulture décente et chrétienne. Lors de cet événement sacré, il serait, à mon avis, des plus indiqués, que ville de Saguenay, son hôtesse des dernières années, lui attribue une plaque de bronze pour souligner ce phénomène historique. Ce serait une belle manière, pour nous, Chicoutimiens et Saguenéens élevés dans la religion de nos pères et mères, de se réconcilier avec notre conscience et de témoigner de notre sens commun en participant, de la manière la plus chrétienne qui soit (Alexis était baptisé et catholique) à la translation de ces restes sacrés dans le cimetière où il entendait reposer jusqu'au jugement dernier. Bref, qu'on donne une sépulture chrétienne et décente à cet ossuaire et qu'on cesse de ce repaître de ce bien triste spectacle.

Russel Bouchard
Historien

5 Comments:

Anonymous Gervais Villeneuve
dit :

Encore une fois, une fois de plus, je découvre que nous avons en commun beaucoup plus qu'on pourraît le croire. Tout comme toi, j'ai un grand respect pour ce qui est religieux et rituel religieux. Ma sortie pour dénoncer la vente du presbytère Ste-Anne soulevait mon inconfort devant une lampe du Sanctuaire qui faisait office de "chandelier" dans le salon d'une connaissance.

Moi aussi, vers la fin des années 70, j'ai eu le triste "privilège" de voir ce malheureux spectacle du squelette d'Alexis qu'on nous exposait de la même manière qu'on nous montrait les bébés difformes, dans de gros bocaux, à l'exposition agricole dans les années 60. Combien de soirs me suis-je couché en revoyant l'image de ce bébé à trois têtes conservé dans le formol (mais qui n'était sans aucun doute qu'une poupée de caoutchouc). Bien sûr, mon innocence d'enfant avait disparu quand on m'a présenté les restes d'Alexis, mais je me souviens m'être indigné devant une si pauvre "exposition".

Enfin, je suis de ceux qui traversent le cimetière en marchant à la limite des lots pour ne pas fouler au pied le cercueil d'un défunt. Heureusement, il reste encore quelques témoins d'une époque où certaines valeurs étaient des références.

Salutations, Gervais

4:39 p.m.  
Anonymous Anonyme
dit :

I love your website. It has a lot of great pictures and is very informative.
»

10:07 a.m.  
Anonymous Russel Bouchard
dit :

Merci beaucoup de votre mot d'encouragement. Il compense pour les mauvais coups et donne le goût de poursuivre.

Russel Bouchard

10:28 a.m.  
Anonymous Anonyme
dit :

Interesting website with a lot of resources and detailed explanations.
»

7:35 a.m.  
Anonymous Anonyme
dit :

I find some information here.

4:31 a.m.  

Publier un commentaire

<< Home