mardi, octobre 06, 2009

Lancement de mon livre « Fragments de mémoire »


La société est la somme des interdits dans laquelle nous vivons. De sa naissance à sa mort, l’individu est prisonnier des frontières politiques, des lois, des préjugés, des tabous, des croyances, de l’ignorance et de la morale qui participent à la construction d’une normalité. La société impose le cadre de cette normalité et interdit tout ce qui s’en écarte. L’individu libre se donne la permission de transgresser cette norme imposée; il le fait au prix du mépris, du rejet, de l’intolérance, de la tyrannie et de l’exclusion. (Russel Bouchard, Journal Intime, 6 octobre 2009)


Cela dit,
le lancement de mon dernier ouvrage littéraire, « Fragments de mémoire », aura lieu, mardi le 13 octobre prochain, à 19 heures, au café Summum, coin Roussel-Saint-François, à Chicoutimi-Nord. Dans ce petit bouquin autobiographique et historique, une place importante est accordée à la quête de la liberté, à la sincérité, à l'authenticité, à l'amitié et à ceux et celles avec qui j'ai le bonheur de la partage.

J'y ai mis tout mon coeur pour la vie, tout mon amour pour notre histoire, et la grande place qu'a pris et prend encore l'amitié dans ma vie. L'invitation s'adresse au grand public, sans exception. J'ai voulu cette rencontre la plus sobre possible, sans discours ni protocole. Il y aura du café chaud sur le poêle, des biscuits fins et des petites douceurs.

Russel Bouchard
rbouchard9@videotron.ca

Pour commander le livre, il vous suffit de m'écrire à mon adresse habituelle et d'envoyer votre chèque au montant de 25$, ce qui inclus les frais d'expédition et le livre.

6 Comments:

Blogger Jean-Pierre Plourde
dit :

Bonjour Russel-A

Je suis très heureux que vous n'ayez jamais mis à exécution votre volonté de fermer akakia.

Vos deux blogs sont une collection et une contribution importantes à notre histoire à tous.

Dans la quête de la liberté, il n'y a pas de petite bataille, la plus grande est toujours celle qu'on livre contre soi-même, nos préjugés et nos interdits.

Dans mes articles, il m'arrive occasionnellement de souligner votre implication.

Merci d'être!!!

Je me permet de vous appelé mon ami sans formalité...

Votre combat est aussi le mien et il devrait s'étendre à beaucoup plus de gens dans le futur.

Il est certains que vos écrits font réfléchir et cela n'a jamais été aussi important qu'aujourd'hui.


Jean-Pierre Plourde
saglac@gmail.com

1:46 a.m.  
Anonymous Cavour
dit :

« Toutes les fois que la tyrannie s'efforce de soumettre la masse d'un peuple à la volonté d'une de ses portions, elle compte parmi ses moyens les préjugés et l'ignorance de ses victimes.»

Citation de Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet

4:59 p.m.  
Anonymous Gébé
dit :

En 1980, on m'avais donné comme tâche d'illustrer un ouvrage sur l'industrie de la traite au Canada. Lorsqu'est venu le temps d'illustrer les armes que tennaient en leurs mains nos ancêtres, il me fallu de longues recherches pour trouver une référence. J'ai bien passé près d'abandonner lorsque par chance j'ai mis la main sur une copie du livre "Les Armes de Traite" de Russel Bouchard (1976) dans une boutique de livres usagés.

Ce livre est aujourd'hui un des plus précieux de ma collection.

À l'endos, Russel débute son résumé, accompagné d'une photo de lui-même qui ne le distingue d'aucun autre jeune adulte de l'époque, par :

"Ce livre aborde un sujet neuf."

Combien cette phrase résonnait chez moi qui avait tant cherché pour cette information de notre passé et venait de prendre conscience de la rareté d'information pour notre histoire ! Quelque chose d'anormal pour une peuple, pour une nation.

Vingt ans plus tard je découvrait les autres oeuvres de Russel Bouchard qui cette fois révélèrent en moi mon lien identitaire avec mes racines. Ce fut comme une deuxième naissance pour moi (un sujet neuf). Le terme "révélation" n'est pas trop fort.

J'impatiente à le lire ce nouveau livre écrit de la plume de l'historien, à mon avis le plus important pour le Québec, sachant qu'il aborde cette transformation de Russel en endos (1976) à Aurore en page couverture (2009) par l'abordage de ces sujets neufs que sont les fragments de mémoire qu'il nous a rappelé pour nous entre temps: Le Dernier des Montagnais, Le Saguenay des Fourrures, Le Peuple Métis de Boréalie, Notre terre à Nous Aussi,... etc... La sève.

Entre l'arbre et le fruit.

10:52 p.m.  
Blogger Danielle
dit :

Dernier ouvrage de Russel Bouchard

J'ai commencé la lecture du dernier livre de Russel et je dois dire que j'ai de la difficulté à le mettre de côté pour retourner au travail.

Pour ceux qui ne l'ont pas encore , je vous le conseille vivement.

En lisant la description de la pauvreté qui sévissait dans le "petit univers du bassin de Chicoutimi" , je ne peux que retrouver des concordances avec la période où nous vivions dans le bois , loin de la "clique familiale" du village, de leurs préjugés et de leurs regards méprisants ; à croire que nous avions la lèpre.

Fallait que je vous le dises...

Danielle

7:03 p.m.  
Anonymous Anonyme
dit :

beaucoup appris

8:48 p.m.  
Blogger mamiecolo
dit :

C'est un livre que je vais lire avec un intérêt très vif. Je t'envoie ma commande officielle dès demain par la poste. J'ai déjà hâte de le recevoir et d'y plonger.
Mamiecolo ou Esther pour les intimes ;)

9:06 p.m.  

Publier un commentaire

<< Home